Ferdinand Cheval dit le Facteur Cheval (1836 / 1924)

Ferdinand Cheval est né à Charmes, un petit village proche d’Hauterives en 1836. Il appartenait à une famille paysanne assez pauvre et se mis très tôt à travailler avec son père. Sa fréquentation de l’école fut donc très limitée. Devenu apprenti boulanger, il s’exila quelques années loin de sa famille pour trouver du travail, avant de revenir dans son village, où il deviendra facteur rural.

Son époque, le XIXe siècle est une époque de grande misère, où la famine et la maladie font des ravages. C’est aussi l’époque des grandes révolutions dans de nombreux domaines :  fin de la monarchie et prémices de la république, progrès des sciences, de la médecine, découvertes de Freud sur l’inconscient et les rêves, révolution industrielle, arrivée du chemin de fer, colonisations par la France des terres d’Afrique et d’Asie, naissance de l’école publique et laïque, présentation des premières expositions universelles…

Une époque foisonnante racontée et illustrée dans les gazettes très lues à l’époque comme le Magasin Pittoresque ou La revue illustrée (des gazettes distribuées par tout facteur rural), à laquelle s’ajoute la naissance de la photographie et l’apparition des premières cartes postales. Ces supports d’information vont ouvrir le monde rural vers la ville, les autres régions et même la planète. Ils vont nourrir de façon extraordinaire l’imaginaire du Facteur Cheval.

Biographie

1836Joseph Ferdinand Cheval naît le 19 avril à 5h du matin, à Charmes sur l’Herbasse.
Il rentre à l’école à l’âge de 6 ans et la quitte à 12 ans.

1847Alors qu’il est à peine âgé de 11 ans, sa mère, Rose Françoise Silbert décède. Son père, Jean François Cheval décède quelques années plus tard, en 1854. Encore mineur, Joseph Ferdinand Cheval est confié à son oncle maternel, Joseph Burel.

1856Joseph Ferdinand Cheval à 20 ans. Il est apprenti boulanger à Valence. En âge de faire son service militaire, il en est exempté, peut-être en raison de sa petite taille.

1858Il épouse la jeune Rosalie Revol qui a tout juste 17 ans. C’est une période où il quitte Hauterives pour trouver du travail. Durant 6 ans, on perd quelque peu sa trace administrative et son épouse confirme ne pas savoir où il est. Il est déclaré agriculteur à Hauterives, ouvrier boulanger dans le Rhône... Il revient  à Hauterives en 1863.

1864Rosalie donne naissance à leur premier fils, Victorin Joseph Fernand. Un an plus tard l’enfant décède. Leur second fils, Ferdinand Cyril, vient au monde deux ans plus tard.

1867A 31 ans, Joseph Ferdinand Cheval prête serment pour remplir les fonctions de facteur aux Postes. Il est muté au bureau de Romans, puis à Bourg de Péage.

1873Son épouse Rosalie décède. Alors âgé de 37 ans, Joseph Ferdinand Cheval confie son fils Cyril à ses parrain et marraine. 3 ans après cet événement, il est muté à Saint Rambert d’Albon.

1878Il reçoit sa mutation définitive  de facteur rural au bureau de Hauterives pour la tournée de Tersanne. Chaque jour il parcourt  une 30e de kilomètres. Quelques mois plus tard, il rencontre Claire-Philomène-Richaud, qu’il épouse en second mariage. Elle est un peu plus âgée que lui.

1879Le 19 avril, Joseph Ferdinand Cheval, alors âgé de 43 ans, bute sur « sa pierre d’achoppement » du côté de Tersanne, lors de sa tournée. C’est elle qui déclenchera la construction de son Palais idéal durant 33 ans sans relâche. C’est cette même année, le 11 octobre que naît sa fille, Alice-Marie-Philomène.

1894Alice décède à l’âge de 15 ans. Un drame pour Joseph Ferdinand Cheval qui inscrira sur le tombeau de famille « Alice amèrement regrettée ».

1896Joseph Ferdinand Cheval est mis à la retraite à l’âge de 60 ans. Aidé d’un maçon, il construit « la villa Alicius » où il s’installe avec son épouse.

1905Premier article paru dans la presse nationale, dans la revue « La Vie Illustrée ».

1907Ferdinand Cheval prend à son service une bonne, Julia Micoud chargée notamment de faire visiter le Palais idéal aux visiteurs.

1912Achèvement du Palais idéal. Deux ans plus tard, Joseph Ferdinand Cheval reprendra sa fidèle brouette pour construire son tombeau au cimetière du village de Hauterives, « Le Tombeau du silence et du repos sans fin », achevé en 1922. Son fils Cyril décède cette même année. Son épouse décède quant à elle 2 ans plus tard en 1914

1924Ferdinand Cheval décède le 19 août. Deux jours avant, il fait certifier « sincère et véritable » la version définitive de sa biographie (4e version datée de 1911). Le Palais idéal est mis en gérance par ses deux petites filles, (filles de Cyril, son fils) ,

1969Le Palais Idéal est classé monument historique par André Malraux qui le considère comme le seul exemple en architecture de l'art naïf.

1983
1993
Restauration du Palais Idéal et des jardins.

1984Alice, l’une des petites filles du J.F. Cheval, qui n’a pas de descendant, décide de léguer sa part du Palais à la commune de Hauterives. 10 ans plus tard, sa seconde petite fille, vendra sa part à la commune. Depuis 1994, le Palais idéal appartient à la Ville d’Hauterives.

2015Le Palais a accueilli 163 000 visiteurs venus du monde entier.