Le Tombeau du silence et du repos sans fin

N’ayant pu être enterré dans ce tombeau, Ferdinand Cheval se lance à 78 ans dans la réalisation d’un nouveau tombeau dans l’enceinte du cimetière du village : "Le tombeau du silence et du repos sans fin". Le Palais Idéal apparaît donc non seulement comme un hymne à la vie, mais aussi à la mort que le Facteur défie en construisant une oeuvre qui restera après lui.