Bâtisseurs chimériques

Bâtisseurs chimériques

L’exposition met en regard des photographies inédites du Palais idéal réalisées par Robert Doisneau et les œuvres sculptées de Simone Fattal.

Réalisées au Palais idéal, les photographies de Robert Doisneau en noir et blanc dans les années 50 et en couleurs durant les années 70 rendent un hommage émouvant aux générations de visiteurs venus découvrir le Palais idéal depuis son ouverture décidée par le facteur Cheval lui-même en 1905. Ces images retrouvées durant le confinement viennent rencontrer les sculptures de Simone Fattal, et ouvrent une réflexion sur le temps et la mémoire, en regard de l’œuvre du facteur Cheval.

Née durant le confinement l’exposition Bâtisseurs chimériques a vu le jour suite à la redécouverte de clichés de Robert Doisneau d’une part, et à la volonté du directeur du Palais idéal, Frédéric Legros de montrer l’œuvre d’une artiste iconique à la personnalité solaire, Simone Fattal, d’autre part.

L'artiste

Robert Doisneau (1912-1994) et Simone Fattal (1942)

Robert Doisneau est né en 1912 à Gentilly. Figure incontournable et emblématique de la France d’après-guerre, il est l’auteur de clichés qui appartiennent désormais à l’histoire du XXème siècle. Photographe publicitaire, reporter, puis photographe indépendant, il fut l’un des plus prolifiques collaborateurs de la revue Le Point. Il se décrivait comme un “passant patient” qui conserve toujours une certaine distance vis-à-vis de ses sujets. De Paris à New-York, le photographe a su capter avec amusement et bienveillance l’air du temps, à travers des moments furtifs et des scènes quotidiennes, en dessinant avec insolence une profonde réflexion sur le monde. De son vivant, son travail a été publié dans de nombreux magazines, tels que Life, Paris Match, Réalités, ou encore Point de vue. Artiste reconnu mondialement, de nombreuses expositions retracent sa carrière depuis son décès, en 1994.

Le travail de Simone Fattal, artiste de renommée internationale née en 1942 à Damas (Syrie), s’exprime à travers la peinture, la céramique et la sculpture. Passionnée par l’archéologie et les fragments d’histoire, Simone Fattal place la mémoire au cœur de sa réflexion. En manipulant la terre, l’artiste crée des personnages maladroits, où la masse devient le terrain de petites collines sous la pression de ses doigts. Les œuvres qu’elle façonne, dont la réalisation rappelle le travail du facteur Cheval, matérialisent alors avec délicatesse un enchevêtrement temporel qui mêle histoire ancienne, culture archéologique et monde contemporain. Inspirés des mythes antiques, tels que ceux de Gilgamesh ou Ulysse, ses héros nous questionnent sur la résistance de l’Homme aux travers des conflits et sa capacité à rester debout. Très souvent, les œuvres sont brillantes et rayonnent d’un nouvel optimisme. En 2019, le MoMa de New York (Etats-Unis) présentait le travail de Simone Fattal lors de sa rétrospective Works and Days.

Partenaires

L’exposition Bâtisseurs chimériques a été réalisée en collaboration avec l’Atelier Doisneau et la galerie Balice Hertling à Paris.