Billetterie
Lena Vandrey

Lena Vandrey

Au Château de Hauterives

Insomnia

Durant l’été 2022, le Palais idéal du facteur Cheval est fier de proposer une redécouverte et une relecture de l’œuvre de Lena Vandrey.

Lena Vandrey est née en 1941 à Breslau (Allemagne), devenue Wroclaw (Pologne) après 1945. Décédée en 2018, elle vivait en Ardèche, non loin du Palais idéal du facteur Cheval – lieu qu’elle affectionnait et a visité à plusieurs reprises.

« Lena Vandrey m’a restitué mon propre monde ; elle me l’a fait apparaître concret, sensible, précis. »

Monique Wittig

Amie de Monique Wittig et Niki de Saint Phalle, collectionnée par Dubuffet qui la surnommait « Insomnia », mannequin pour Ungaro, Lena Vandrey fait partie des figures singulières de l’art dont l’œuvre est d’une rare puissance. Dès 1970, elle expose peintures et sculptures en France, en Allemagne et en Suisse et publie des poèmes. Dans son œuvre s’affiche une féminité libre et plurielle où la fragilité des Anges, créatures androgynes, côtoie la vitalité des Amazones.

Lena Vandrey se comporte en archiviste, collectant et accumulant pour préserver la mémoire et le passé. La nostalgie (« quelque chose de mort ») et le désir (« quelque chose de vivant ») sont aussi deux notions inextricablement liées dans la constitution de ses archives. Ses œuvres reliquaires sont des mémoriaux d’un temps qui disparaît, de son enfance tourmentée et du temps qui passe… Leur statut d’œuvre rend tout cela à nouveau vivant par le moyen du montage et de l’assemblage.

Collectionneuse d’Art sacré féminin, elle fait don de sa collection au Musée d’Art sacré du Gard de Pont-Saint-Esprit et commence à réaliser ses propres œuvres reliquaires d’une grande subtilité. Aujourd’hui, 900 œuvres de Lena Vandrey reposent à Bourg-Saint-Andéol.

L'artiste

Lena Vandrey 1941-2018

Lena Vandrey connait la solitude d’une enfant douée de génie, chargée d’une sagesse et d’une maturité avant l’âge.

Dessins et récits de la prime enfance témoignent d’une richesse imaginative contrastant avec la modestie des supports en cette époque de pénurie qui empêche les études musicales onéreuses d’organiste. Après un diplôme d’Ècole de Commerce, Lena Vandrey quitte l’Allemagne pour la France, le pays de ses ancêtres huguenots. Paris, puis l’arrivée en Provence, sur un haut-plateau solitaire. 36 ans d’une vie ascétique (en partie sans courant électrique ni téléphone, avec les problèmes d’eau et de motorisation d’usage).

Reconstruire, non seulement faire renaître son cloître des ruines, bâtir ses déambulatoires de pierres, mais faire de toute collecte une collection. Lena Vandrey assemble, rassemble tous objets et ouvrages façonnés par les femmes dans leur enfermement en une importante collection d’art sacré qui appartient aujourd’hui à l’Etat. De nombreux films et ouvrages en témoignent. Le Cycle des Amantes Imputrescibles, peinture matiériste initiée par Lena Vandrey, retrace, en la geste imposante des Amazones, l’odyssée du Mouvement pour la Libération des Femmes, où pourront se retrouver toutes les figures actrices de cette fresque historique. Suivent les cycles des Figures Originelles, Martriarques, Anges, Grandes Figures de l’histoire, Quichotte et Panza pour la pièce de Monique Wittig; expositions à Paris, Berlin, Hambourg, Brème, Genève, Lausanne, Tübingen, Lyon, Grenoble avec tableaux et textes; production de timbres et cartes postales pour les Femmes de Sarajevo; le Cycle d’Auschwitz, les Paradis Démétériens, le Cycle de Mariologie sont le support de nombreux ouvrages, films et catalogues.

En 2002, installation à Bourg-Saint-Andéol, Ardèche, avec la création, au 16, rue Jeanne d’Arc, du Musée des Anges – Lena Vandrey, dans la conception d’une « Villa Médicis » pour femmes d’art et de culture: 4 logis dans un Hôtel Particulier du XVIIIème siècle avec parc, bassin, oliveraie, vignes et senteurs de Provence, un lieu privilégié de création, un musée vivant que Lena Vandrey partage avec Mina Noubadji-Huttenlocher, conservateur et historienne, auteur d’une thèse d’Etat sur les Langages d’exil de Lena Vandrey. Un travail sans relâche de chevilles ouvrières de la Culture: textes, dessins, peinture; sculptures, constructions, collections avec le souci incessant, à travers ses méandres illisibles, de rendre aux femmes leur culture lisible.

Texte biogragraphique : Rédaction FemBio: Luise F. Pusch / Adaptation française: Mina Noubadji-Huttenlocher